« Un homme idéal », loin d’être le Saint-Graal

Le nouveau film de Yann Gozlan est intéressant, mais manque parfois de rythme.

Déménageur le jour, auteur raté la nuit, Mathieu rêve de voir son nom en haut de l’affiche. Un jour, il tombe sur le carnet de bord d’un soldat en Algérie et se l’approprie.
La presse est conquise, et son cœur épris. Puis tout s’enraye, mais il est trop tard. Impossible de faire machine arrière. Qui va gagner ? Le fantôme ou l’écrivain ?

Pierre Niney est très bon, comme à son habitude, en tourmenté ; Ana Girardot – oui, c’est la fille d’Hippolyte – ne sert à rien, sinon de faire-valoir aux dilemmes du jeune homme. Quant aux autres, ils meublent une maison déjà bien garnie. Dommage que ça patauge ! Seule l’attente de la fin sauve du déclin.

César Armand

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s