« La septième vague », une suite décevante

Le second tome de Quand souffle le vent du nord de l’Autrichien Daniel Glattauer ne renoue pas avec la fraîcheur du premier roman.20130719-105757.jpg

Léo est parti à Boston tandis que Emmi est restée chez elle à attendre un mail du psychologue américain. C’est dans ce contexte que le lecteur retrouve les internautes passionnés de Quand souffle le vent du nord.

Dans La septième vague, le réel s’efface devant le virtuel. Léo est rentré et Emmi n’arrive plus à cacher cette relation à son mari. Les deux amants vont enfin pouvoir se rencontrer de visu et en toute liberté.

Les rebondissements s’enchaînent, les mails se suivent, une nouvelle femme débarque… Comment l’histoire va-t-elle se terminer ? Qui va récupérer qui ? La passion reste vive, mais l’originalité du premier tome n’est plus là, le souffle ne prend plus.

La septième vague, Daniel Glattauer, Livre de Poche, 288 p., 6€60

César Armand

Lire aussi du même auteur :
« Quand souffle le vent du nord », le chassé-croisé amoureux de l’année

Publicités

« Quand souffle le vent du nord », le chassé-croisé amoureux de l’année

Le livre de l’Autrichien Daniel Glattauer de 2011 est une romance épistolaire haletante et surprenante.20130708-161143.jpg

Emma envoie un mail à un journal local, mais c’est Léo, psychologue du langage, qui lui répond. La jeune trentenaire récidive plusieurs fois et va même jusqu’à envoyer un mail groupé de « joyeux Noël » à l’intéressé.

De cette conversation sur la toile, une passion naît et va jusqu’à occuper toutes les pensées des personnages. En arrière-plan, une amie se montre un peu trop entreprenante, une ex-compagne se relève très présente, sans oublier une sœur mannequin, un mari plus âgé et deux enfants pré-ados.

Qui tombera amoureux le premier(e) ? Qui se décidera à briser le lien internet pour se rencontrer pour de vrai ? Et qui sont vraiment ces deux tchatteurs d’un genre nouveau ? Les masques tomberont, mais pas de sitôt.

Quand souffle le vent du nord, Daniel Glattauer, Livre de Poche, 348 p., 6€95

César Armand

Lire aussi du même auteur :
« La septième vague », une suite décevante