Paul Vergès : « Debré est venu, il a bourré toutes les urnes, car sinon il aurait été écrasé »

paul-verges-01

Crédit photo : Patrice Normand – www.patricenormand.com

Le 20 avril 2015, CulturePolitique.net avait rencontré, pendant trois heures, le sénateur réunionnais, alors doyen de la Chambre haute. Aujourd’hui, à l’heure de sa disparition ce 12 novembre 2016, retour, en dix articles, sur un quasi-siècle de vie. Sixième épisode : la politique au côté de son père Raymond.

Vous-même, vous avez échappé à quelques tentatives d’assassinat…
La première fois était lors de l’élection de François Mitterrand à l’Élysée. Son fils Jean-Christophe est venu faire campagne dans le sud de l’île près de la Grande Ravine et on m’a tiré dessus. C’était très net que celui qui a ouvert le feu me visait. Nos regards se sont croisés. Sa balle a tapé le pare-brise mais pas moi. Quand on s’est arrêté dans le virage suivant, j’ai dit à mes camarades : « On le poursuit ! », mais « Papamadit » m’a dit : « Surtout pas ! Tu sais qu’avec les histoires d’attentats, mon père en a subi et je ne veux pas qu’il y ait la même chose… » Plus tard, il y a quelqu’un qui m’a dit : « Si c’est Jean-Christophe qui avait été tué, son père aurait été élu tout de suite. » Quel raisonnement ! C’est arrivé une deuxième fois où un bâton de dynamite a explosé dans le pot d’échappement. L’intention était criminelle, mais son auteur n’était pas un spécialiste. Cela fait peur, mais c’est tout. Voilà comment se sont passées ces choses-là.

Vous êtes élu conseiller général en 1955, puis député en 1956.
Je rentre à La Réunion un an avant, en 1954. Il y a alors une crise du Parti communiste réunionnais. Le PCF envoie ses responsables sur place qui échouent à redresser la situation. L’un d’eux leur dit : « Pourquoi gardez-vous Paul à la section coloniale ? Envoyez-le à La Réunion ! » J’étais marié et ma femme était la secrétaire particulière de Laurent Casanova, le responsable des intellectuels au PCF. Elle les a tous connus à l’époque, et pas seulement Louis Aragon et Elsa Triolet. Laurent Casanova comme mon épouse, qui devait me suivre, résistent : « Ne le laissez pas partir ! Vous allez l’enfermer sur cette petite île alors que manifestement, il peut avoir un rôle national, car il est cadre. » Finalement, je rentre à La Réunion avec Laurence et nos deux filles. Les usines sucrières sont alors concentrées par de grands propriétaires terriens. Or ils avaient décidé à Saint-André, où il y en avait quatre, de fermer l’une d’entre elles.

« J’ai été propulsé comme le vainqueur des sucriers ! »

Votre père vous cède alors son siège ?
Pas du tout ! Il était maire de Saint-André et son secrétaire général, qui avait été dans ma classe au lycée, m’appelle un jour en me disant : « Les banques disent que c’est terminé. Il faut déposer le bilan et rembourser. C’est foutu ! Peux-tu nous aider ? » Sauf que cela me pose un problème personnel important : le propriétaire de cette usine était, en 1936, candidat aux élections législatives et avait mené une campagne de diffamation contre mon père avec cette phrase : « Raymond Vergès n’est pas un ancien combattant, il était planqué en Indochine pendant toute la guerre, y a assassiné sa femme et l’a envoyée par colis en Chine ! » Le soir, un autre sucrier, gendre de sénateur et ancien camarade de classe de mon père, l’appelle et lui dit : « Tu sais très bien ce qui nous sépare politiquement, mais ce qu’il a écrit à l’époque est indigne. Je sais que tu as fait la guerre, tu es décoré et tu ne peux pas laisser faire. Porte plainte. » Mon père ne voulait pas et j’ai donc décidé de porter plainte et de le citer comme témoin. Le propriétaire de l’usine est condamné à une très lourde amende et mon père ne sachant quoi faire de l’argent récupéré, le place au Trésor et demande à créer des bourses à tous ceux qui ont réussi le certificat d’études. L’histoire se termine au tribunal de commerce. 92 % des 17 000 planteurs, suivis par les banques, votent pour un concordat, à tel point que l’éclat dans l’île a été extraordinaire et que j’ai été propulsé comme le vainqueur des sucriers. Arrivent les élections et tous les camarades disent que je dois être candidat. Je leur rétorque : « Il n’y a qu’un seul député, c’est mon père Raymond Vergès ! » Je dis à mon pater qui m’a toujours impressionné par toute sa vie qu’il doit se représenter. Il me répond : « Écoute, je suis ingénieur agronome, je suis ingénieur des chemins de fer, je suis médecin, et je dois te dire que s’il y a un nouveau mandat, je ne le terminerai pas. Je le sais. Je remercierai tous les camarades qui me demandent de continuer, mais je m’arrête. »

Il savait qu’il était malade ?
Oui, et un an après, en 1957, il est mort. Cette élection à la proportionnelle a été un triomphe à La Réunion si bien qu’on a eu deux députés sur trois et que sur toute l’île, on a gagné 52 % des voix. C’est là qu’est partie la renaissance du Parti communiste à La Réunion, mais c’est là aussi qu’ont commencé nos malheurs. Suite à cette victoire, ça a commencé par le limogeage du préfet alors qu’il n’y était pour rien. Puis son successeur a fait dissoudre toutes nos mairies.

Ou comme l’ex-Premier ministre Michel Debré qui, après avoir perdu en 1962 en Indre-et-Loire, se parachute à La Réunion en 1963…
C’est parti d’un sénateur réunionnais qui dit à Michel Debré qu’il y a une place à La Réunion aux élections et que s’il vient, il sauvera l’île d’une révolution cubaine. J’ai toujours en tête un article du Nouvel Obs dans lequel Debré dit : « Je viens à la Réunion pour lutter contre le communisme… » Il est venu, il a bourré toutes les urnes, car sinon il aurait été écrasé. C’est à la même période que les ordonnances ont expulsé des fonctionnaires, dont l’attitude était de nature à troubler l’ordre public.

Propos recueillis par César Armand – Tous droits réservés CulturePolitique.Net

Publicités

Paul Vergès : « Jacques était à Vincennes car il avait été blessé par un éclat d’obus »

paul-verges-03-copy

Crédit photo : Patrice Normand – www.patricenormand.com

Le 20 avril 2015, CulturePolitique.net avait rencontré, pendant trois heures, le sénateur réunionnais, alors doyen de la Chambre haute. Aujourd’hui, à l’heure de sa disparition ce 12 novembre 2016, retour, en dix articles, sur un quasi-siècle de vie. Cinquième épisode : les retrouvailles avec son frère Jacques.

Quand avez-vous fini par vous retrouver avec votre frère Jacques ?
Quand je suis rentré à Paris, j’ai fait des recherches, et j’ai appris qu’il était à Vincennes car il avait été blessé par un éclat d’obus. Mon frère était sergent artilleur et faisait partie du débarquement en Provence du 25 août 1944, puis a été détaché en cours de route pour traiter la poche de Royan. Il était révolté : « Il aurait suffi d’attendre ! Les Allemands se seraient rendus ! Tout ça pour un général qui voulait son fait de gloire. »
On se revoit donc à Vincennes, on fraternise, on se dit : « On est vivants ! », et on envoie un télégramme à notre père pour le prévenir. On ne s’en était pas rendu compte quand on était parti – le pater était très pudique – mais aujourd’hui, mon dernier souvenir avant notre départ, c’est sa grande silhouette sur le quai qui nous dit : « Bonne chance ! » Il réagissait comme un père qui voyait partir ses deux fils qui avaient des fortes chances d’être tués. Du coup, notre message l’a tranquillisé.

« Encore une fois, c’est mon père qui m’a aidé avec tout ce qu’il m’avait raconté ! »


Au lendemain de l’armistice, votre père est élu député. Avez-vous participé à sa campagne ?
Il se dit qu’il y a une étape de décolonisation à réaliser pour unir le maximum de Réunionnais et constituer alors une grande union de progressistes de l’élite intellectuelle de l’île. Rassembler tout le monde, ce n’était pas pour avoir des postes, mais simplement pour dire que le moment était venu pour continuer la destinée de La Réunion et transformer la colonie en département. Élu à l’Assemblée constituante, mon père et les autres adhèrent au groupe communiste sans en être membres. Dans ces conditions, le Parti communiste français veut, comme en Guadeloupe et en Martinique, créer une fédération à La Réunion. Dès mai 1947, on crée une organisation qui regroupe tous ces gens. La centrale parisienne m’enrôle dans le même temps dans la section coloniale parce que c’est toute l’Afrique dont il est question. Rappelez-vous qu’à l’époque, le PCF était le premier parti de France et avait beaucoup de parlementaires. J’ai ainsi participé à toutes les discussions, avec les représentants des colonies, qui ont abouti à la formation du Rassemblement démocratique africain, au congrès de Bamako. Le RDA a rayonné pendant toute cette période sur l’Afrique occidentale. Ses dirigeants étaient Sékou Touré (premier président guinéen – NDLR) et  (père de l’indépendance ivoirienne – NDLR).

En 1946, au cours d’une contre-manifestation menée par votre père à un rassemblement de l’opposition, votre principal adversaire est tué par balle, vous êtes accusé de meurtre et finalement vous écoperez d’une peine de prison avec sursis…
C’est interdit (la disposition de la loi de 1881 a été censurée par le Conseil constitutionnel en juin 2013 en réalité – NDLR) d’en parler – j’ai été amnistié – mais enfin, ce jour-là, vous aviez une droite surexcitée qui m’a impliquée dans l’affaire. Ce complot s’est terminé à Lyon avec ma libération immédiate et encore une fois, c’est mon père qui m’a aidé avec tout ce qu’il m’avait raconté. Lors de la reconstitution sur cet endroit en pente à Saint-Denis, tous les témoins, pour ou contre, me placent à un endroit, et la victime à un autre emplacement. Ce à quoi j’ai déclaré : « La balistique vous condamne. Là où je suis, pour le toucher au cœur, il faut qu’il n’y ait personne entre lui et moi, sauf que vous mettez toute cette foule. Comment aurais-je pu tuer quelqu’un avec ces gens autour ? » Cela a convaincu tout le monde. Ils ont compris que ce n’était pas possible.

Propos recueillis par César Armand – Tous droits réservés CulturePolitique.Net

Paul Vergès : « Mon père était le médecin des pauvres »

 

verges_senat

Paul Vergès (Crédit Sénat)

 

Le 20 avril 2015, CulturePolitique.net avait rencontré, pendant trois heures, le sénateur réunionnais, alors doyen de la Chambre haute. Aujourd’hui, à l’heure de sa disparition ce 12 novembre 2016, retour, en dix articles, sur un quasi-siècle de vie. Premier épisode : l’influence de son père Raymond Vergès.

Vous savez, vos confrères ont écrit que Jacques et moi n’étions pas des frères jumeaux (Bernard Violet, dans Vergès : Le Maître de l’ombre, Seuil, 2000 – NDLR). Il serait né un an avant moi, mais je vois mal mon père faire ça, et ma demi-sœur et mon demi-frère, nés du premier lit paternel, nous en auraient parlé. Jacques disait d’ailleurs : « Je m’en fiche, ça me permet de fêter mon anniversaire deux fois ! »

Parlons d’abord de votre pater Raymond Vergès. « Le vieux » a été plusieurs fois élu local et parlementaire dix ans. Quel rôle a-t-il joué dans votre apprentissage politique ?Mon père était un Réunionnais dont les premières traces de la famille sur l’île datent de 1855 avec un Français d’origine catalane qui s’y est fixé. Ce premier Vergès installé était marié à une Bretonne qui s’appelait Scouarnec. Mon père était leur petit-fils. C’est une famille de moyenne bourgeoisie, à une époque où La Réunion ne comptait pas plus de 200 000 habitants.
Le pater était très brillant et, recommandé par ses professeurs pour ses résultats, a demandé une bourse Polytechnique qui lui a été refusée. Il était un fils de la génération du XXIème qui plaçait beaucoup d’espoirs en la science. Quand il arrive en France métropolitaine, après un long voyage par paquebot, comme il est assez aventureux, il se marie avec une Française, puis devient ingénieur agronome aux chemins de fer russo-chinois en Mandchourie.
Il revient en France, après avoir traversé toute l’Europe, et il termine des études de médecine commencées en même temps que ses études d’ingénieur. Là, la Grande Guerre éclate et il est mobilisé les quatre ans comme médecin. Il est blessé, mais il exerce en Bretagne et en Vendée, avant de repartir en Chine centrale, de nouveau comme ingénieur des chemins de fer. Puis, il est professeur au lycée de Shanghai avant de reprendre sa profession de médecin en Indochine, mais sa première femme meurt. Il est alors nommé au Laos où il exerce comme responsable médical et où il rencontre ma mère, enseignante vietnamienne. Il est nommé consul de France au Siam (ancien nom de la Thaïlande – NDLR) et c’est là que nous sommes nés avec Jacques.

« Il nous aidait beaucoup pour l’école ! »

En janvier 1925.
Au même moment, son père meurt à La Réunion. Après vingt-sept ans d’absence, il rentre avec ma mère, Jacques et moi, et ses deux premiers enfants. Puis, c’est ma mère qui décède quand on a trois ans. Il repart au Vietnam et nous laisse avec la seule personne qui restait de la famille Vergès à La Réunion, Tante Marie (élue conseillère générale de La Réunion en 1945 – NDLR), qui nous a élevés quelques années. Mon père est définitivement rentré sur l’île dans les années 1930. Il exerce cette fois-ci comme médecin à Salazie et découvre la misère. C’est là que tout naturellement, il devient « le médecin des pauvres ». Jacques et moi n’avons jamais eu autant de volatiles dans la cour de la maison : des poules, des canards, des lapins, des cabris… car il ne faisait pas payer les habitants qu’il soignait gratuitement, mais ceux-ci le remerciaient en résultats de leur profession d’agriculteur.

Tant est si bien qu’il est nommé maire de Salazie en 1935.
Il quittera ensuite Salazie pour s’établir dans la ville de Saint-André, mais il maintient le contact car une fois par semaine, il retourne soigner les gens. À Saint-André, il rencontre une population plus nombreuse mais tout aussi pauvre. Il est alors nommé par le gouverneur de l’île directeur des systèmes de santé et doit aller à Saint-Denis. Il s’y établit et devient un chef de service de l’État. Il nous aidait beaucoup pour l’école, car ses deux premiers enfants étaient partis faire leurs études en France.

Propos recueillis par César Armand – Tous droits réservés CulturePolitique.Net